Capitales culturelles, « capitales de la culture » : les enjeux politiques d’une histoire culturelle de l’Europe moderne et contemporaine

Intervention du 3 septembre 2013 de Jean Boutier, au centre marseillais de l’EHESS.

Résumé de l’intervention et bibliographie :

Les premières “villes européennes de la culture” (Athènes, 1985, Florence, 1986, Paris, 1989…) étaient des “haut-lieux de la légitimité culturelle européenne”, choisis pour mettre en scène des expériences et des valeurs revendiquées comme fondatrices de la « maison Europe », tout en permettant de le développement de l’interconnaissance et de compréhension mutuelle des citoyens de l’Europe. Une attention particulière sera portée sur un première inflexion du dispositif initial des « villes européennes de la culture », avec Glasgow 1990 et les études qui ont été localement commandées à son sujet.

Les travaux historiographiques, dans les années qui suivirent, sur les « capitales culturelles » (musicales, théâtrales mais aussi intellectuelles ou philosophiques) de l’Europe moderne et contemporaine ont analysé la capacité de mise en circulation, d’échanges, de transferts d’un petit nombre de villes « dominantes » et leur rôle dans le développement d’une vie intellectuelle et artistique qui ne s’insèrent pas étroitement dans des espaces nationaux.

A partir de l’expérience des « Capitale européennes de la culture », cette séance examinera les croisements entre expériences politiques contemporaines, études urbaines et recherche historique sur près de trois décennies. L’accent sera mis en particulier sur la politique du « New Labour » à la fin des années 1990 et les transformations récentes des Capitales européennes de la culture à partir de Liverpool 2008.

 

Il n’y a pas beaucoup de travaux qui analysent sur la durée l’opération des “villes/capitales européennes de la culture”, en de hors des deux rapports d’experts cités plus bas. Pour une large mise en perspective historique:

Gold, John R. et Margaret Gold, Cities of Culture: Staging International Festivals and the Urban Agenda, 1851-2000, Londres, Ashgate Publishing Limited, 2004

Roche, Maurice, Mega-events & modernity : Olympics, Expos and the Growth of Global Culture, Londres, Routledge, 2000, 280 p. (analyse historique, 1851 à nos jours)

Roche, Maurice, « Sports Mega-Events, Modernity and Capitalist Economies: Mega-events and modernity revisited: globalization and the case of the Olympics », Sociological Review, LIV, 2006, p. 25-40

 

Quelques études sur certaines capitales particulièrement importantes :

García, B., « De-constructing the City of Culture: The long term cultural legacies of Glasgow 1990 », Review Issue of Urban Studies, vol. 42, 2005, n°5/6, p. 1-28

Mooney, Gerry, « Cultural policy as urban transformation ? Critical reflections on Glasgow, European city of culture 1990 », Local Economy 19, n°4 (2004), p. 327-340

Connoly, Mark Gerard, « The ‘Liverpool model(s)’ : cultural planning, Liverpool and Capital of Culture 2008 », International Journal of Cultural Policy, XIX, n°2, 2013, p. 162-181 (avec une riche bibliographie ; discussion critique efficace des thèses de Richard Florida, entre autres)

Le numéro spécial de la revue Méditerranée, n°114 (2010), dirigé par Boris Grésillon (article, entre autres, sur Lilles et Gênes 2004, sur la préparation de Marseille 2013…) (en ligne sur Revue.org)

 

Sur l’approche des “capitales européennes de la culture” à partir de la notion de “big event”:

Sports mega-events: social scientific analyses of a global phenomenon, éd. John Horne and Wolfram Manzenreiter, Oxford, Blackwell, 2006

Bonne orientation bibliographiquee sur le site de la British Library à l’occasion des JO de Londres  (août 2012) :

(http://www.bl.uk/sportandsociety/exploresocsci/sportsoc/mega/articles/megabib.html) (ne signale que des ouvrages en langue anglaise)

 

Sur “Marseille-Provence 2013 capitale européenne de la culture”:

Boris Grésillon, Un enjeu ‘capitale’ : Marseille-Provence 2013, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2011).

 

Sur la notion de “capitale culturelle” développée par les historiens à partir de la fin des années 1990, quelques travaux, pour l’essentiel en français:

Charle, Christophe, Roche, Daniel, éd. Capitales culturelles, capitales symboliques : Paris et les expériences européennes, XVIIIe-XXe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002

Charle, Christophe, éd. Capitales européennes et rayonnement culturel (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Editions Rue d’Ulm, 2004

Charle, Christophe, Roche, Daniel (éd.), Le Temps des capitales culturelles, XVIIIe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2009, 368 p.

Van Damme, Stéphane, Paris, capitale philosophique: de la Fronde à la Révolution, Paris, O. Jacob, 2005, 311p.

Charle, Christophe, Théâtres en capitale: naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, 1860-1914, Paris, A. Michel, 2008, 572 p.

Boutier, Jean, Marin, Brigitte et Romano Antonella (éd.), Rome, Naples, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (XVIIe-XVIIIe siècles), Rome, collection de l’Ecole Française de Rome (n°355), 2005, 816 p.

Weber, William, « Opera and the Cultural Authority of the Capital City », in Victoria Johnson, Jane Fulcher, Thomas Ertman (eds.), Opera and Society from Monteverdi to Bourdieu, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 160-179.

Weber, William, “La culture musicale d’une capitale: l’époque du beau monde à Londres, 1700-1800”, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 49 (2002), p. 119-139 ; version anglaise :  « Musical Culture and the National Capital. The Epoch of the Beau Monde in London, 1700-1870”, in Susan Wollenberg, Simon McVeigh (eds.), Concert Life in Eighteenth-Century Britain, Aldershot, Ashgate, 2004.

 

Sur l’interaction entre les agences d’experts en études urbaines et la dynamique des capitales européennes de la culture, cf. les travaux de deux experts britanniques, qui ont été choisis (au niveau local, à Glasgow, et au niveau européen) pour leurs compétences sur la question des relations entre culture, économie et ville, pour évaluer les capitales européennes de la culture, et dont l’action sur l’évolution des “capitales européennes de la culture” a certainement eu plus d’impact que les textes, plus connus, de l’américain Richard Florida, qui porte non sur « creative city » mais sur « creative class », un « groupe social » indispensable à toute « creative city » :

Florida, Richard, The Rise of the Creative Class: And How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New York, Basic Books, 2002, XII-404 p. ;

Florida, Richard, Cities and the creative Class, New York-Londres, Routledge, 2005, VIII-208 p. (recueil de 7 articles, dont 4 publiés précédemment)

Florida, Richard, The Flight of the creative class : new global compétition for talent, New York-Londres, Harperbusiness, 2005, 326 p. ; rééd. poche, 2007

Florida, Richard, The rise of the créative class : revisited, New York, Basic Books, 2012, XXV-483 p. (réédition pour le 10e anniversaire du livre)

 

John Myerscough:

The economic importance of the arts in Britain [en collaboration avec Alec Bruce et alii], Londres, Policy Studies Institute, 1988,  129 p. (Policy Studies Institute research report 672) (British Library)

Monitoring Glasgow 1990, Prepared for Glasgow City Council, Strathclyde Regional Council and Scottish Enterprise, déc. 1991 (ronéot., 230 p.; en ligne : http://www.understandingglasgow.com/resources/505_monitoring_glasgow_1990)

European cities of culture and cultural months, Network of Cultural Cities of Europe, 1994, 245 p. (il existe une version résumée, de 185 p.) (rapport commandé par la Commission européenne en 1993 sur les villes européennes de la culture, 1985-1994)

 

Charles Landry:

Making the most of Glasgow’s cultural assets : The Creative City and its Cultural Economy, roneot., mai 1991 (en ligne : http://www.understandingglasgow.com/resources/506_making_the_most_of_glasgows_cultural_assets)

The Creative City in Britain and Germany , Londres, Anglo-German Foundation for the Study of Industrial Society, 1996, 28 p.

• (avec Franco Bianchini), The creative city, Londres, Démos, 1994 (creative cities working paper n°12), 66 p.

Metropolitan Glasgow : creative city : the cultural heart of the city’s business economy, Glasgow, Insider Custom Publishing, 1999, 81 p.

The creative city : a toolkit for urban innovators, Londres, Earthscan Publications, 2000, XVIII-300 p.; 2e éd., 2008

The origins and future of the creative city, Bournes Green, Comedia, 2012, 64 p.

Sur Charles Landry et son agence « Comedia » : http://charleslandry.com

 

Robert Palmer:

European cities and capital of culture. Study Prepared for the European Commission, 2 vol., ronéot., 2005 (sur la période 1995-2004) (en ligne sur le site de la commission européenne)

 

Pour une analyse du rôle de la culture dans le programme du « New Labour » en Grande-Bretagne, en plus de l’article de M. G. Connoly, 2013, déjà cité :

Colomb, Claire, « Le New Labour et le discours de la « renaissance urbaine » au Royaume Uni. Vers une revitalisation durable ou une gentrification accélérée des centres-villes britanniques ? »,  Sociétés contemporaines, n°63, 2006, p. 15-37 ; DOI : 10.3917/soco.063.0015)

École d’été de l’EHESS 2013

En 2013, la ville de Marseille et le territoire provençal alentour, deviennent pour un an « capitale européenne de la culture ». L’opération, créée en 1985 par le conseil des ministres de l’union européenne pour magnifier un haut lieu de la culture légitime, est devenue depuis 2005 un catalyseur des transformations d’un espace urbain en difficultés. Dans ce cadre, Marseille – ville multiple, où se mêlent des populations d’origines diverses, sur les marges méditerranéennes de l’Europe – se métamorphose en un précieux laboratoire pour les études urbaines dès lors que l’on soumet à enquête cette vaste aire métropolitaine. Les divers outils à la disposition d’une capitale culturelle feront l’objet d’analyse et d’observation, pour tenter de mettre en évidence comment la culture, sous ses formes multiples et variées, est devenue depuis plusieurs décennies un enjeu fondamental des dynamiques urbaines, voire plus largement un accélérateur différentiel des mutations d’un territoire. Il s’agira également de proposer de nouveaux cadres d’analyse pour rendre intelligibles les mutations – allant des formes inédites du rapport politique à la culture, aux réceptions ordinaires des ressources qu’elle offre, en passant par les rapports renouvelés aux territoires des institutions culturelles qui y sont implantées – dont ne rendent pas compte aujourd’hui les discours communs sur la culture. Outil de politique urbaine et territoriale, la « capitale européenne de la culture » – forme paroxystique des cultures urbaines contemporaines – affecte également les formes de gouvernance locale dès lors que les relations entre une société et ses territoires sont mobilisées et transformées par la mise en œuvre d’un événement culturel, mais aussi politique et économique, au format inhabituel. Installée au cœur historique de Marseille, dans l’ancien hôpital de la Charité devenu depuis les années 1980 un centre interdisciplinaire, l’école d’été se déroulera en pleine année européenne de la culture. En partie itinérante, elle s’installera dans quelques uns des lieux moteurs de l’« événement » (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Musée d’Histoire de Marseille, Théâtre national de la Criée, Espace-Julien, Friche de la Belle de Mai, cinéma de l’Alhambra, théâtre du Centaure…) – qu’ils soient centraux ou plus périphériques. Lieu d’expérimentations multiples, Marseille-Provence capitale européenne de la culture deviendra alors sous le regard des sciences sociales un observatoire privilégié de la production de la société de demain, par le jeu de spatialité aux échelles diverses, locale, nationale, méditerranéenne, européenne, voire au delà. Appuyée sur une leçon inaugurale consacrée à la question complexe des relations entre pratiques culturelles et monde marchand, l’école d’été de l’EHESS propose, dans l’esprit qui est le sien, une véritable formation pluridisciplinaire qui associe séminaires de recherche et mise à l’épreuve des apports de l’enseignement par des travaux de terrains (rencontres, visites d’institutions et de lieux de culture, observation des espaces urbains, expérimentations artistiques). Les résultats du travail d’enquête seront mis en forme dans un carnet de recherche numérique conçu pour l’école d’été et installé sur la plate-forme numérique « Hypothèses.org ». Conçus sous la forme ouverte et dialogique des séminaires de l’EHESS, les dix étapes de ce parcours mêlant analyses et observations participantes aboutiront à une table ronde qui en fera la synthèse.